Le thé est une invitation au voyage et les manières de le préparer selon que l’on soit en Chine, au Japon, en Inde, en Mongolie ou même en Russie refléteront la culture du pays.

En Chine,

2 méthodes principales selon la couleur du thé :

   – le gōngfū chá pour les thés forts du oolong au thé noir, c’est une méthode complexe puisque le thé est versé d’une théière adéquate dans une tasse haute pour en sentir les odeurs puis dans une tasse basse pour la dégustation.

  – le zhōng ou gaiwan pour les thés plus délicats, blancs, jaunes et verts, le zhōng est une tasse sans anse munie d’un couvercle et d’une soucoupe dans laquelle on infuse directement les feuilles de thé.

zhong

Au Japon,

La cérémonie du thé (chanoyu) est un rituel traditionnel influencé par le bouddhisme zen, le thé vert en poudre (matcha) est préparé de manière codifié et nécessite tout un ensemble d’ustensiles:

  • Chakin: une toile blanche et rectangulaire de lin ou de chanvre est utilisée pour le rituel du nettoyage du bol.
  • Fukusa: un carré de soie utilisé pour le rituel du nettoyage de l’écope et du natsume ou cha-ire, et pour tenir la bouilloire chaude et son couvercle.     
  • Hishaku: une longue louche en bambou possédant un nodule au centre du manche. Elle est utilisée pour transférer l’eau du et vers les pots en fer et les récipients d’eau fraîche dans certaines cérémonies.
  • Chashaku: l’écope à thé est sculptée à partie d’une seule pièce de bambou possédant un nodule approximativement en son centre. Elle est utilisée pour écoper le thé de la boîte à thé au bol à thé.
  • Hishaku: une longue louche en bambou possédant un nodule au centre du manche. Elle est utilisée pour transférer l’eau du et vers les pots en fer et les récipients d’eau fraîche dans certaines cérémonies.
  • Chasen: les fouets à thé sont sculptés dans une seule pièce de bambou. Il y en a des épais et des minces pour le thé fort et le thé léger.
  • Tana: tout type de meuble en bois ou en bambou utilisé lors de la préparation du thé. Ils sont placés devant l’hôte de la salle du thé, et les ustensiles variés du thé sont placés dessus ou conservés dans ceux-ci.
ustensiles_du_chanoyu
  • Natsume, cha-ire: les boîtes à thé existent en deux styles basiques différents, le natsume et le cha-ire, à travers lesquels il y a une variation des formes, des tailles et des couleurs.

– Le natsume est nommé ainsi pour sa ressemblance au fruit natsume (la jujube). Il est court avec un couvercle plat, un fond arrondi, et il est habituellement fait de bois laqué ou non traité.

– Le cha-ire est habituellement grand, étroit (mais les formes varient significativement) et possède un couvercle d’ivoire muni d’une feuille d’or en dessous. Le cha-ire est habituellement en céramique et est contenu dans des sacs décorés.

Le natsume et le cha-ire sont utilisés dans des cérémonies différentes.

En Inde,

Indian_masala_chai

Le massala chaî est le plus souvent préparé avec du thé noir Ceylan ou Assam mais le thé vert est aussi consommé. On y ajoute le plus souvent du lait, des épices comme de la cannelle, de la cardamome, du poivre noir, des clous de girofle, du macis, du piment, de la rose, du safran ou du gingembre. Sont parfois ajoutés des amandes, des noisettes, des pistaches ou des pignons rôtis et réduits en poudre.

Le thé est souvent très sucré.Il est généralement préparé dans une casserole et les saveurs des épices et du thé se diffuseront par décoction au mélange eau-lait.

 

En Mongolie,

Le suutei tsaî est le thé au lait salé. L’eau est portée à ébullition, le thé est alors ajouté. Après quelques minutes le lait et le sel sont ajoutés. Des morceaux de beurre ou une cuillerée de farine peut aussi y être ajouté. Le lait utilisé est du lait de vache, de yack ou de jument.

Suutei_tsai_Mongolie

 

Au Tibet,

Pocha_tibetain

Le po cha est un thé au beurre de yak rance. Cette boisson préparée à base de thé, de sel, de beurre et de lait de yak est aussi consommée au Bhoutan.

En Russie,

En Russie, le thé est préparé dans un samovar, cet ustensile auto-chauffant aurait été inventé en Oural au XVIIIème siècle, la partie centrale qui contient du charbon est destinée à chauffer l’eau contenue dans la partie basse. Tandis que la théière placée sur le haut fait bouillir un thé noir très fort. Le thé que l’on tire de la théière est allongé avec l’eau chaude qui se trouve en dessous et versé dans une tasse.

De nos jours les samovars sont électriques, on peut les retrouver en Iran, en Arménie et dans d’autres pays.

samovar_russie

Pin It on Pinterest

Share This

Obtenez votre accés exclusif aux fiches recettes et recevez les nouvelles recettes et astuces de Dégus'thé

Vos coordonnées resteront confidentielles